Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS

Dialogue islamo-chrétien

CE FORUM A POUR VOCATION LE DIALOGUE ENTRE CHRÉTIENS ET MUSULMANS DANS LE RESPECT DES CONVICTIONS DE L'AUTRE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Marhaba wa s-salam/Bienvenue et Paix
"Ce site se veut être un espace de dialogue entre Chrétiens et Musulmans. Les débats entre Chrétiens ( Catholiques versus Protestants ) comme entre Musulmans ( Sunnites versus Chiites ) ne sont donc pas admis sur nos différents forums. Il est interdit de contester publiquement la modération sauf par MP

COVID 19 : RESTER CHEZ SOI C' EST SAUVER DES VIES. MERCI

COVID 19 : RESTER CHEZ SOI C' EST SAUVER DES VIES
Le Deal du moment : -53%
GACHI Batterie Externe 26800mAh
Voir le deal
24.94 €
Le Deal du moment : -39%
PLANTRONICS BACKBEAT PRO 2 – Casque bluetooth
Voir le deal
152 €

 

 A propos de la Birmanie : Le bouddhisme et la violence injustifiable

Aller en bas 
AuteurMessage
Disciple Laïc

Disciple Laïc


A propos de la Birmanie : Le bouddhisme et la violence injustifiable Empty
MessageSujet: A propos de la Birmanie : Le bouddhisme et la violence injustifiable   A propos de la Birmanie : Le bouddhisme et la violence injustifiable EmptyDim 01 Déc 2019, 08:07

1 décembre 2019

C'est sans doute un peu tard mais il me paraît important de faire connaître ce point de vue officiel.

En précisant que le XIVème Dalaï Lama, l'actuel, n'est pas pas le "pape" des bouddhistes du monde. Simplement un chef spirituel (et autrefois politique) de son peuple qui pratique le bouddhisme dit "tibétain" (une des branche du bouddhisme actuel) et que la triste actualité au Tibet depuis des décennies à rendu médiatique. Le Chine n'aurait pas envahi le Tibet l'actuel Dalaï Lama serait sans doute beaucoup moins connu et médiatique dans le monde.

En précisant aussi que le Moine Matthieu Ricard n'est : 1) qu'une moine, très impliqué dans les actions humanitaires et la recherche scientifique, français et de formation scientifique, ce n'est pas un "maître" 2) il n'est que le traducteur français du Dalaï Lama et non un représentant officiel ou un porte parole officiel.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

On ne peut qu’être atterré par les violences perpétrées par l’armée birmane à l’encontre des Rohingyas avec la bénédiction du clergé. L’armée nie les faits, mais quand 600 000 personnes fuient leurs habitations dans des conditions épouvantables, il est clair qu’elles sont terrifiées par ce qu’elles ont vécu. Ce nettoyage ethnique est d’autant plus choquant qu’il se passe dans un pays qui se dit bouddhiste et qui devrait donc pratiquer la non-violence. Le Dalaï-lama l’a maintes fois répété : « Dans le bouddhisme, il n’y a aucune justification à la violence dans quelque but que ce soit. » Récemment, il a aussi déclaré au sujet de la Birmanie : « Dans de telles circonstances, le Bouddha serait certainement venu en aide à ces pauvres musulmans. » Il a aussi exhorté Aung San Suu Kyi à trouver une solution pacifique à la crise des Rohingyas : « Je vous appelle, vous et vos collègues, dit-il dans une lettre, à tendre la main à toutes les composantes de la société pour tenter de rétablir entre elles des relations pacifiques dans un esprit de paix et de réconciliation. »

Le bouddhisme est clair dans sa condamnation de la violence. On ne peut trouver dans ses textes fondateurs une phrase qui puisse être interprétée comme un encouragement à faire du mal aux autres. Le bouddhisme ne fait d’ailleurs pas de différence entre tuer en temps de paix et tuer en temps de guerre. Il n’y a donc ni guerre sainte ni guerre juste. Le bouddhisme n’applique bien sûr pas non plus la loi du talion et réprouve toute forme de vengeance, qu’elle soit personnelle ou légale (comme la peine de mort.) Il n’encourage même pas le prosélytisme. Le Dalaï-lama dit souvent qu’il ne vient pas en Occident pour faire un ou deux bouddhistes de plus, mais pour partager son expérience humaine. Le bouddhisme n’a donc pas vocation à convertir les non-bouddhistes, même pacifiquement, à plus forte raison par la force.

Quand un bouddhiste s’en remet aux « Trois Joyaux » ‒ le Bouddha, le Dharma (son enseignement) et la Sangha (la communauté des pratiquants) ‒, il prend en même temps l’engagement de renoncer à « tout acte nuisible aux autres. » Les généraux birmans bouddhistes persécutent des musulmans, mais leurs actes sont en contradiction flagrante avec les enseignements du Bouddha.

À propos des atrocités commises en Birmanie, on a parlé de « moines tueurs », ce qui est une contradiction dans les termes : dès l’instant où un moine tue un être humain ou ne fait même qu’inciter quelqu’un d’autre à le tuer, il est immédiatement déchu de ses vœux monastiques. Wirathu et ses comparses ne sont donc au plus que des ex-moines qui ne devraient plus porter la robe safran. De plus, le fait qu’ils traitent les Rohingyas de « vermines » et de « pestes » n’est pas sans rappeler de sinistres souvenirs. Ce type de langage qui vise à déshumaniser certains groupes humains jugés indésirables a été systématiquement utilisé dans les persécutions et les massacres de masse au cours de l’histoire.

On peut se demander pourquoi Aung San Suu Kyi n’a fait jusqu’ici que des déclarations mitigées, du genre : « Le gouvernement doit prendre soin de tous ceux qui sont dans notre pays, qu’ils soient ou non citoyens, » déclarations qui n’ont en rien freiné les persécutions. Il faut dire à sa décharge que la situation est plus complexe qu’on ne le pense dans la province de l’Arakan. Dans les années 1950, une cinquantaine de milliers de paysans bengalis musulmans étaient venus s’y installer en quittant ce qui est devenu aujourd’hui le Bangladesh pour des terres moins peuplées. Ils se sont souvent approprié des terrains agricoles, ont épousé de force des femmes arakanaises et commis leur lot d’atrocités. Avant le récent exode, cette population musulmane avait atteint un million d’habitants, au sein d’une population arakanaise de 3,1 millions. Selon Jacques Leider, membre de l’École Française d’Extrême Orient, « la population musulmane n’a jamais visé l’intégration dans la société arakanaise, elle a plutôt voulu défendre son caractère distinct. La tension n’a jamais diminué, car les musulmans et les bouddhistes sont restés divisés à la fois sur le plan culturel et politique. » Pendant des années, la junte militaire birmane a persécuté les Rohingyas mais aussi les autres minorités d’origine non-birmane, les Karen et les Mong en particulier.

D’autre part, Aung San Suu Kyi vient juste d’accéder à un certain pouvoir, mais les généraux sont restés très puissants, se réservant d’office des postes clés dans les ministères comme au parlement. Si elle souhaite continuer à conduire son pays sur la voie de la démocratie, elle ne peut se permettre d’aliéner ni les généraux ni l’opinion publique qui n’a jamais accepté ce qu’elle considère comme une immigration illégale de populations bengalies.

Pourtant il est clair qu’en agissant comme elle le fait, elle sacrifie non seulement les valeurs bouddhistes, mais aussi le courage, l’intégrité et les valeurs morales qui lui ont valu le Prix Nobel de la paix. Sans parler de simples valeurs humaines. Que l’on soit bouddhiste, hindou, chrétien, musulman, athée ou autre, l’objectif de chacun devrait être de vivre en paix avec les autres. Et cela passe par la bonté et la réconciliation, pas par la haine et la répression.

Cet article a été initialement publié sur le site du Figaro le 30 novembre 2017.
Revenir en haut Aller en bas
Cyril 84
Moderateur
Moderateur
Cyril 84


A propos de la Birmanie : Le bouddhisme et la violence injustifiable Empty
MessageSujet: Re: A propos de la Birmanie : Le bouddhisme et la violence injustifiable   A propos de la Birmanie : Le bouddhisme et la violence injustifiable EmptyDim 01 Déc 2019, 08:51

Salut cher Disciple Laïc.

Tu as enfreints 2 fois la charte :

LA CHARTE a écrit:
Les messages introductifs d'un nouveau sujet, eux, ne doivent pas dépasser 15 lignes et ont pour but d'annoncer le sujet : ils seront rappelés au début de chaque nouvelle page du sujet.


Et :

LA CHARTE a écrit:
Les nouveaux inscrits ne sont pas autorisés à ouvrir de nouveaux sujets avant 50 messages postés, pas avant !

Donc je suis contraints de verrouiller ton sujet jusqu'à ce que tu atteignes les conditions requises.

Revenir en haut Aller en bas
Cyril 84
Moderateur
Moderateur
Cyril 84


A propos de la Birmanie : Le bouddhisme et la violence injustifiable Empty
MessageSujet: Re: A propos de la Birmanie : Le bouddhisme et la violence injustifiable   A propos de la Birmanie : Le bouddhisme et la violence injustifiable EmptySam 07 Déc 2019, 11:20

Salut cher Disciple Laïc.

Je déverrouille ton sujet car tu as atteint les conditions requises.

Revenir en haut Aller en bas
Disciple Laïc

Disciple Laïc


A propos de la Birmanie : Le bouddhisme et la violence injustifiable Empty
MessageSujet: Re: A propos de la Birmanie : Le bouddhisme et la violence injustifiable   A propos de la Birmanie : Le bouddhisme et la violence injustifiable EmptySam 07 Déc 2019, 12:24

Ah, bien. A propos de la Birmanie : Le bouddhisme et la violence injustifiable 175602
Revenir en haut Aller en bas
Skander




A propos de la Birmanie : Le bouddhisme et la violence injustifiable Empty
MessageSujet: Re: A propos de la Birmanie : Le bouddhisme et la violence injustifiable   A propos de la Birmanie : Le bouddhisme et la violence injustifiable EmptySam 07 Déc 2019, 15:19

Matthie Riccard a écrit:


À propos des atrocités commises en Birmanie, on a parlé de « moines tueurs », ce qui est une contradiction dans les termes : dès l’instant où un moine tue un être humain ou ne fait même qu’inciter quelqu’un d’autre à le tuer, il est immédiatement déchu de ses vœux monastiques. Wirathu et ses comparses ne sont donc au plus que des ex-moines qui ne devraient plus porter la robe safran. De plus, le fait qu’ils traitent les Rohingyas de « vermines » et de « pestes » n’est pas sans rappeler de sinistres souvenirs. Ce type de langage qui vise à déshumaniser certains groupes humains jugés indésirables a été systématiquement utilisé dans les persécutions et les massacres de masse au cours de l’histoire.



C'est utile de savoir cela, un moine boudhiste cesse de l'être dès lors qu'il commet un meurtre ou qu'il incite à le faire.

Cela va d'ailleurs dans le sens de ce que nous connaissons (plus ou moins) du boudhisme et de ses variantes, comme ces moines qui s'exercent à des sports de combat qui ne sont pas létaux pour pouvoir se défendre sans tuer leur adversaire.


Dernière édition par Skander le Dim 08 Déc 2019, 12:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Disciple Laïc

Disciple Laïc


A propos de la Birmanie : Le bouddhisme et la violence injustifiable Empty
MessageSujet: Re: A propos de la Birmanie : Le bouddhisme et la violence injustifiable   A propos de la Birmanie : Le bouddhisme et la violence injustifiable EmptySam 07 Déc 2019, 16:31

Correction : la citation n'est pas de moi mais du moine Matthie Ricard.

Parmi les 227 règles que doit suivre un moine bouddhiste il y a les 4 parajika, ces 4 règles sont celles dont la violation entraîne immédiatement la perte du statut de moine. Et parmi ces 4 il y a :

- ne pas commettre ce meurtre.

C'est sans ambiguïté.

Les simples laïcs sont déjà encouragés à suivre 5 préceptes fondamentaux : et le 1er est "Ne pas tuer".

Tuer un être humain sous le coup d'une émotion violente négative et d'une intention malveillante comme la haine ou la colère ou l'aversion est totalement et absolument condamné.
Revenir en haut Aller en bas
Skander




A propos de la Birmanie : Le bouddhisme et la violence injustifiable Empty
MessageSujet: Re: A propos de la Birmanie : Le bouddhisme et la violence injustifiable   A propos de la Birmanie : Le bouddhisme et la violence injustifiable EmptyDim 08 Déc 2019, 12:04

Disciple Laïc a écrit:
Correction : la citation n'est pas de moi mais du moine Matthie Ricard.

Parmi les 227 règles que doit suivre un moine bouddhiste il y a les 4 parajika, ces 4 règles sont celles dont la violation entraîne immédiatement la perte du statut de moine. Et parmi ces 4 il y a :

- ne pas commettre ce meurtre.

C'est sans ambiguïté.

Les simples laïcs sont déjà encouragés à suivre 5 préceptes fondamentaux : et le 1er est "Ne pas tuer".

Tuer un être humain sous le coup d'une émotion violente négative et d'une intention malveillante comme la haine ou la colère ou l'aversion est totalement et absolument condamné.

Merci pour cette précision cher Disciple Laïc, je viens de corriger le message et de rendre à Matthie Riccard ce qui appartient à Matthie Ricard Very Happy

Et merci aussi pour ces précisions sur ces règles du boudhisme, il manquait quelqu'un qui soit plus au fait de cette voie qui puisse nous le faire connaître un peu mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Disciple Laïc

Disciple Laïc


A propos de la Birmanie : Le bouddhisme et la violence injustifiable Empty
MessageSujet: Re: A propos de la Birmanie : Le bouddhisme et la violence injustifiable   A propos de la Birmanie : Le bouddhisme et la violence injustifiable EmptyDim 08 Déc 2019, 12:42

Tout comme dans l'Islam il est déconseillé (voit interdit ?) de consommer de l'alcool, le 5ème préceptes pour les laïcs bouddhistes et de s'efforcer d'éviter tout intoxiquant, donc alcool, drogue etc... Et c'est bien sûre totalement interdit pour les moines.

Tout comme en Islam il y a le pèlerinage à La Mecque, qui est un des 5 piliers et qu'il est fortement recommandé de faire, il y a aussi des traditions de pèlerinages sur les principaux sites de la vie du Bouddha en Inde, mais sans obligation. Tout comme à La Mecque est pratiquée la circumambulation autour de la Pierre Noire et tout comme le musulman pratique des prosternation pendant la prière, des pèlerins bouddhistes, moines ou laïcs, peuvent pratiquer une plus ou moins longue circumambulation, parfois accompagnée de très nombreuses prosternations, autour du Mont Kailash un site sacré du Tibet pour les Jaïns, les Bouddhistes, les Hindoues et les Bönpos.

L’aumône aux pauvres est une pratique musulmane, un des 5 piliers, et dans le bouddhisme, chez les laïcs, le don de nourriture aux moines est considéré comme karmiquement favorable.  
Après des début... difficiles dans les premiers contacts entre l'Islam et le Bouddhisme au niveau de l'Afghanistan actuel, les bouddhistes finirent par être plus ou moins considérés comme "gens du Livre" ou "assimilés a". Ce qui apportait une certaine sécurité. Mais cela ne fut pas hélas toujours respecté.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




A propos de la Birmanie : Le bouddhisme et la violence injustifiable Empty
MessageSujet: Re: A propos de la Birmanie : Le bouddhisme et la violence injustifiable   A propos de la Birmanie : Le bouddhisme et la violence injustifiable Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
A propos de la Birmanie : Le bouddhisme et la violence injustifiable
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dialogue islamo-chrétien :: ACTUALITES-
Sauter vers: