Dialogue islamo-chrétien
Rejoignez nous vite

Sur le Forum Dialogue Islamo-Chrétien !!!

Dans les convictions et le respect de chacun.

BIENVENUE PARMI NOUS

Dialogue islamo-chrétien

CE FORUM A POUR VOCATION LE DIALOGUE ENTRE CHRÉTIENS ET MUSULMANS DANS LE RESPECT DES CONVICTIONS DE L'AUTRE
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Marhaba wa s-salam/Bienvenue et Paix
"Ce site se veut être un espace de dialogue entre Chrétiens et Musulmans. Les débats entre Chrétiens ( Catholiques versus Protestants ) comme entre Musulmans ( Sunnites versus Chiites ) ne sont donc pas admis sur nos différents forums. Il est interdit de contester publiquement la modération sauf par MP

COVID 19 : RESTER CHEZ SOI C' EST SAUVER DES VIES. MERCI

COVID 19 : RESTER CHEZ SOI C' EST SAUVER DES VIES
Le Deal du moment : -46%
Promo rare sur le Casque sans fil Sony WH-1000XM3
Voir le deal
206 €
-55%
Le deal à ne pas rater :
-30 € sur AUKEY USB C – Station de charge
24.99 € 54.99 €
Voir le deal

 

 SYRIE : quid de son avenir ?

Aller en bas 
AuteurMessage
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur


SYRIE : quid de son avenir ? Empty
MessageSujet: SYRIE : quid de son avenir ?   SYRIE : quid de son avenir ? EmptyVen 26 Oct 2018, 08:10

26 octobre 2018

La Russie a-t-elle besoin des Européens en Syrie ? Le point de vue de Ziad Majed, professeur des études du Moyen-Orient à l’Université américaine de Paris (Coauteur, avec Subhi Hadidi et Farouk Mardam-Bey, de Dans la tête de Bachar Al Assad, Éditions Actes sud, octobre 2018, 208 pages, 18,80 €)
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur


SYRIE : quid de son avenir ? Empty
MessageSujet: Re: SYRIE : quid de son avenir ?   SYRIE : quid de son avenir ? EmptyVen 26 Oct 2018, 08:15

« Forts de leurs moyens militaires déployés sur le terrain, les Russes et les Iraniens ont tout fait pour écarter les Occidentaux du dossier syrien. Mais ces derniers n’ont aussi jamais vraiment voulu s’investir en Syrie, ce qui a permis à Moscou et Téhéran de presque monopoliser, aujourd’hui, le processus politique avec les Turcs présents dans le nord du pays… Jusqu’à maintenant, et depuis 2013, les Russes ont testé à plusieurs reprises les Occidentaux : ils n’ont jamais subi de résistance politique claire et ferme de leur part.

La Russie et l’Iran ont sauvé le régime de Bachar Al Assad et lui ont permis de reconquérir une grande partie des territoires qu’il avait perdus avant 2015.Mais avec leurs économies faibles, ils n’ont pas assez de moyens ou d’investisseurs pour reconstruire un pays en ruines. C’est pour cela qu’ils veulent faire appel aux portefeuilles occidentaux. Mais surtout, ils ont besoin des Européens pour que ces derniers normalisent politiquement, à travers le financement de la reconstruction, la relation avec le régime syrien.


Le temps de la justice
Processus politique

Jusqu’à maintenant, Moscou et Téhéran ont réussi militairement à sauver ce dernier, et à le faire revenir sur la scène politique. Mais ils n’ont pas réussi à faire accepter aux Européens, aux Occidentaux, et à une grande partie des pays arabes, le fait militaire qu’ils ont imposé sur le terrain. Si les Européens financent à terme, à travers la reconstruction, le gouvernement Assad, celui-ci ne sera plus isolé sur la scène internationale. Les Russes et les Iraniens pourront alors dire qu’ils ont tout gagné, sur le plan militaire comme sur le plan politique.

Pourquoi les Européens ont-ils alors intérêt à participer au sommet quadripartite du samedi 27 octobre ? Ils veulent toujours avoir leur mot à dire par rapport à la Syrie, et considèrent, au vu de la situation actuelle, que leur seul moyen pour le faire, c’est de négocier directement avec les trois États de l’accord d’Astana : la Russie, la Turquie et l’Iran. Ils veulent une nouvelle fois tester la volonté russe de trouver une solution politique, alors que le processus de Genève, sous l’égide des Nations unies, est mort et que même l’émissaire de l’organisation dépêché en Syrie, Staffan de Mistura, a démissionné mi-octobre après quatre ans d’échec…

La Russie joue la carte du retour des réfugiés syriens
Mais s’ils cèdent au chantage russe, leur faisant miroiter le retour des réfugiés avec la reconstruction, ils tomberont dans un piège. Ils paieront, les migrants ne rentreront pas car beaucoup avaient fui Assad, et ils seront à nouveau écartés du processus politique car seuls les acteurs présents militairement sur le terrain ont aujourd’hui leur mot à dire… »


Propos de Ziad Majed recueillis par Malo Tresca, pour le journal "La Croix"



Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
mario-franc_lazur
Administrateur - Fondateur
Administrateur - Fondateur
mario-franc_lazur


SYRIE : quid de son avenir ? Empty
MessageSujet: Re: SYRIE : quid de son avenir ?   SYRIE : quid de son avenir ? EmptyJeu 12 Mar 2020, 09:34

ceux de Damas :

Médecin dans un hôpital de Damas, Tariq pourrait parler « jusqu’à demain » de la désastreuse situation sanitaire dans son pays. Il n’a pas de statistiques, mais il constate la résurgence de la tuberculose ou de la polio, ainsi qu’une hausse faramineuse du nombre des cancers. Certains s’expliqueraient, selon lui, par l’habitude qu’ont prise les habitants de la Ghouta orientale, pendant le long siège, de brûler le plastique récupéré dans les immeubles détruits « pour obtenir du mazout ou de l’essence ».*


Résurgence des symptômes post-traumatiques

Mais pas tous. « Les patients viennent à l’hôpital pour une maladie physique. En réalité, ils souffrent des symptômes post-traumatiques », assure-t-il. Après des années de violence, de peur, de déplacements forcés, « les traumas ressortent », estime Vincent Gelot, le délégué de l’Œuvre d’Orient qui revient d’un séjour en Syrie, frappé lui aussi par l’augmentation des maladies graves et du « désespoir » des populations.

Source :   [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Même source :

et à Alep

À Alep, le mal-être des parents se ressent sur les enfants accueillis par la communauté mariste et ses jeunes bénévoles : hyperactivité, agressivité, troubles de l’attachement… « Les petits de 4 à 6 ans ont une peur terrible d’être séparés de leurs parents. Certains subissent des violences familiales », rapporte le frère Georges Sabé. Avec l’aide d’une psychologue, il a mis sur pied un « programme d’appui » destiné aux adolescents, avec l’espoir de les aider au moins à « exprimer leurs sentiments ».

Insécurité alimentaire
Une goutte d’eau dans un océan de détresses. Le bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU évalue à 11,1 millions le nombre de Syriens (sur 17 millions au total) ayant besoin d’une aide humanitaire. Pour moitié environ, ce sont des déplacés, contraints par les combats à quitter leur foyer. L’hiver et ses températures négatives ont été particulièrement éprouvants pour eux, qu’ils s’entassent dans des camps, des logements surpeuplés, ou qu’ils n’aient eu d’autre choix que de rentrer chez eux, dans un immeuble plus ou moins détruit.

« On estime que 6,5 millions de Syriens souffrent d’insécurité alimentaire », rappelle Chiara Saccardi, responsable de la zone Moyen-Orient pour Action contre la faim. « Les besoins sont énormes, même dans les zones contrôlées par le gouvernement : le climat général, encore loin d’être pacifié, empêche le retour à une vie normale ». Aide d’urgence, réparation des réseaux d’adduction, redémarrage de l’agriculture… l’ONG est sur tous les fronts et sans doute encore « pour longtemps ».

À l’aube de cette dixième année de conflit, la reconstruction évoquée dans les enceintes internationales reste un vain mot pour les Syriens interrogés par La Croix. Maher, l’étudiant, n’a « aucune idée à ce sujet » : il n’a rien vu autour de Damas « en dehors de quelques opérations de nettoyage des routes ».
Depuis la Ghouta orientale où il vit, Ali, 19 ans, confirme. « Plusieurs bâtiments de ma rue sont toujours détruits, car personne n’a la possibilité de les restaurer », relate le jeune homme, qui a perdu son père, ses deux frères et « beaucoup de voisins et d’amis » lors du siège de la région en 2018. Dans son quartier, l’électricité n’est pas revenue. Comme l’immense majorité des Syriens, il utilise un générateur « seulement quelques heures par jour ».*


Crise économique

Ailleurs en Syrie, les témoignages glanés concordent. Les familles, qui étaient propriétaires de leur logement, ont fait « quelques réparations ». « Mais on ne peut pas parler de reconstruction. Il manque l’argent », constate un Syrien, qui voit bien qu’« à chaque rebondissement militaire, tout est freiné ». Pour Maher, la priorité n’est même pas là : même à Damas, « les gens sont surtout occupés à gagner de quoi acheter leur nourriture ».

Alors que l’essence et le fioul de chauffage étaient déjà rationnés, les Syriens ont renoué avec les tickets pour le riz, le sucre, l’huile et le thé. « Une famille a droit à 4 kg de sucre par mois au prix subventionné (250 LS) mais doit s’approvisionner, au-delà, au tarif normal (450 LS) », raconte un Alépin. Le prix des médicaments importés « en contrebande » s’est envolé, lui aussi, et « une petite opération chirurgicale banale coûte le triple du salaire moyen ».
---------------
Une guerre civile aux multiples ramifications
Mars 2011. Premières manifestations en faveur de la démocratie à Damas, puis à Deraa. Réprimée par le régime, la contestation tourne en rébellion armée. En juillet, l’Armée syrienne libre (ASL) est fondée.
2012 et 2013. Soutenus par la Turquie, l’Arabie saoudite, le Qatar, les États-Unis et la France, les rebelles s’emparent de la majeure partie du Nord et de l’Est. L’ASL est progressivement supplantée par des groupes islamistes ou salafistes.
2012. Le Parti de l’union démocratique prend – avec sa branche armée, les Unités de protection du peuple (YPG) – le contrôle des régions kurdes.
2014. Daech s’empare de près de la moitié du pays et proclame le « califat ». Rakka, sa capitale, est reprise par les Forces démocratiques syriennes (FDS), principalement kurdes, soutenues par la coalition internationale le 17 octobre 2017.
2015. La Russie entre dans le conflit en soutien au régime. L’armée syrienne est victorieuse à Alep (décembre 2016), Homs et Deir Ez-Zor (2017), dans la Ghouta et à Deraa (2018), en attendant Idlib.
Revenir en haut Aller en bas
http://evangileetcoran.unblog.fr/2009/07/31/une-reponse-chretien
Contenu sponsorisé




SYRIE : quid de son avenir ? Empty
MessageSujet: Re: SYRIE : quid de son avenir ?   SYRIE : quid de son avenir ? Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
SYRIE : quid de son avenir ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dialogue islamo-chrétien :: ACTUALITES-
Sauter vers: